F97

L’échappement : super F-97 et son Auto-radeau

Culture, Biennale Internationale Design à Saint-Étienne
Gratuit
  • Super F-97 est un projet artistique créée en 2019, piloté par Laura Ben Haïba et Rémi De Chiara, - deux anciens étudiants de l'Esadse -, né de l’obsolescence, de la désuétude et de la décrépitude deleur automobile déclassée, puis surclassée.

  • Super F-97, c’est une Ford Escort 1.6 L 16 V de 1997, dont hérite Rémi De Chiara. En 2019, après son échec au contrôle technique, l’automobile qui perd son droit à la mobilité, est transformée par les deux artistes : du capot jusqu’au coffre, l’intégralité de la « caisse » se mue en un habitacle d’art contemporain voué à l’expérimentation plastique. Sortie de la catégorie des « véhicules terrestres à moteur », Super F-97 rejoint celle des artists-run-spaces, des micros lieux d’expositions....
    Super F-97, c’est une Ford Escort 1.6 L 16 V de 1997, dont hérite Rémi De Chiara. En 2019, après son échec au contrôle technique, l’automobile qui perd son droit à la mobilité, est transformée par les deux artistes : du capot jusqu’au coffre, l’intégralité de la « caisse » se mue en un habitacle d’art contemporain voué à l’expérimentation plastique. Sortie de la catégorie des « véhicules terrestres à moteur », Super F-97 rejoint celle des artists-run-spaces, des micros lieux d’expositions. Immobile et nomade, l’ancienne voiture a entamé un voyage décalé, se déplaçant d'étape en étape, d'un lieu à un autre, au gré de ses différents garages.

    Elle s’installe à la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022 avec une présentation de sa propre histoire de lieu d’exposition : l’échappement. Dans une forme de voyage rétro-visé, on découvrira les situations imaginées ou documentées au fil du lent déplacement commencé il y a trois ans par le véhicule immobile et nomade.

    Flottant au-dessus de l’installation, l’Auto-radeau est amarré au toit de Super F-97. Cet accessoire dessine la possibilité d’un départ à l’aventure, en route vers l’inconnu, ou bien un arrêt brutal involontaire. Sous son air minimaliste, face au vent et contre les tempêtes, ce radeau de fortune peut devenir une bouée, une balise, ou un canot de sauvetage ; « il suffit d’y croire dur comme fer ».

    Lointain souvenir d’enfance de piraterie, cette installation en appelle à notre imagination et notre désir de construction, rappelant la vigie ou le perchoir, pour alerter et voir venir.
  • Langues parlées
    • Français
  • Tarifs
  • Gratuit
  • Sur inscription obligatoire
Horaires
  • Du 6 avril 2022
    au 31 juillet 2022
  • Lundi
    10:00 - 18:00
  • Mardi
    10:00 - 18:00
  • Mercredi
    10:00 - 18:00
  • Jeudi
    10:00 - 18:00
  • Vendredi
    10:00 - 18:00
  • Samedi
    10:00 - 18:00
  • Dimanche
    10:00 - 18:00